Ecofin

A l’Assemblée nationale, Jean Bosco Kayomb a convaincu

Avr 13, 2018 Rédaction Africa News

Le Directeur général de la Société nationale d’électricité -SNEL- a été devant les députés nationaux, mercredi 11 avril dernier, pour répondre aux 27 questions lui posées par des députés le 04 avril,  à la suite d’une question orale avec débat du député Boniface Balamage Nkolo. Si les éléments d’informations fournis par le patron de la SNEL n’avaient pas convaincu les députés, cette fois, Jean Bosco Kayomb n’est pas allé par le dos de la cuillère pour fournir des explications convaincantes aux locataires de la chambre basse du Parlement. Mercredi dernier, il a regroupé les questions et recommandations en 9 principaux thèmes: le développement des capacités de production; la desserte des centres urbains, péri-urbain et ruraux du pays en énergie électrique, en quantité et qualité suffisantes; l’électrification rurale; l’application de la péréquation pour permettre aux provinces à énergie thermique de reconstituer leurs stocks; la facturation de l’énergie électrique et la satisfaction du client; le niveau des recettes mensuelles de la SNEL; la dette du gouvernement vis-à-vis de SNEL et paiements des factures d’électricité par l’Etat, les Etablissements et entreprises publics; la situation des ressources humaines de la SNEL, politique d’embauche et utilisation des journaliers; enfin, les questions spécifiques.

 

Transmise au bureau de l’Assemblée nationale le 04 avril 2018, la question orale avec débat était basée sur les causes des ruptures accentuées d’électricité dans plusieurs communes et quartiers de grandes villes du pays, notamment Kinshasa, Bukavu, Goma, Lubumbashi, Kisangani et autres capitales provinciales. L’élu du peuple voulait aussi avoir des éclaircissements sur la non-exécution des projets d’électrification en milieu ruraux, cas du territoire d’Idjwi, sur le taux de desserte nationale en électricité ainsi que sur la politique envisagée pour y remédier. «L’électrification des milieux ruraux était presque oubliée, du fait que certains bailleurs de fonds imprimaient à leurs investissements un but purement lucratif; ainsi, les problèmes sociaux des milieux ruraux ne pouvaient trouver des solutions, la plupart d’entre eux n’avaient pas d’activités économiques de grande importance», avait précédemment expliqué Jean-Bosco Kayombo, après avoir énuméré les causes et difficultés ayant contribué aux coupures fréquentes dans les capitales provinciales.  Mercredi 11 avril, il était de nouveau face aux députés, cette fois avec un arsenal d’arguments convaincants. Il a répondu sans ambages aux 27 questions lui posées. Pour y arriver, il a regroupé les questions et recommandations en 9 principaux thèmes: le développement des capacités de production; la desserte des centres urbains, péri-urbain et ruraux du pays en énergie électrique, en quantité et qualité suffisantes; l’électrification rurale; l’application de la péréquation pour permettre aux provinces à énergie thermique de reconstituer leurs stocks; la facturation de l’énergie électrique et la satisfaction du client; le niveau des recettes mensuelles de la SNEL; la dette du gouvernement vis-à-vis de SNEL et paiements des factures d’électricité par l’Etat, les Etablissements et entreprises publics; la situation des ressources humaines de la SNEL, politique d’embauche et utilisation  des journaliers; enfin, les questions spécifiques.

Les tarifs pratiqués par la SNEL sont fixés en dollars américains

Tous les points ont étés touchés. A la question de la facturation de l’énergie électrique et la satisfaction du client posée par le député Néron Mbungu, le patron de la SNEL a répondu en ces termes: «les tarifs pratiqués par la SNEL sont fixés en dollars américains suivant l’arrêté du 07 mars 2009. Tous les mois, les centres de ventes -CVS- calculent la facturation suivant le taux de change. Soucieuse d’assainir ses relations avec sa clientèle, la SNEL a entrepris un vaste programme de placement des compteurs aux différents points alimentés en vue de fiabiliser la facturation. La première phase a porté sur les clients Haute tension; la seconde concerne ceux de la moyenne tension et la troisième vise les clients de la basse tension aussi bien domestiques que semi-industriels et commerciaux. Pour ce segment de clientèle, l’option a été levée de placer des compteurs à prépaiement afin d’accélérer l’encaissement des recettes tout en visant l’économie d’énergie. Un lot d’environ 600.000 compteurs est en cours d’exécution». A la question du député Pierre Muzyumba, inquiet du fait que le tarif change chaque mois et que les factures ne sont pas payées à la banque, le DG de la SNEL a ajouté: «les tarifs fixés en dollars américains n’ont pas changés depuis 2009. Mais, la facturation des clients en basse tension est faite en franc congolais. L’évolution du taux de change de la BCC explique les variations observées. Les factures sont payables à la banque. Tout est mis en œuvre pour faciliter l’application de tous les nouveaux modes de paiement, le e-Banking, électronic money, e-commerce…». Par ailleurs, Jean-Bosco Kayomb a rappelé que la SNEL dispose de 360 comptes dans 31 villes sur l’ensemble du territoire national. Il a dévoilé la façon dont se fait l’affectation des recettes de la SNEL: «50% pour le nantissement, 27% pour les salaires et charges sociales, 14% pour les impôts et taxes, et 9% pour le fonctionnement, exploitation et investissement».

L’Etat doit USD 80.919.562 soit 11% à la SNEL

A la question de la dette du gouvernement vis-à-vis de la SNEL, il a éclairci les députés: «l’Etat doit USD 80.919.562 soit 11% à la SNEL, les entreprises publiques transformées en sociétés commerciales et services publics de l’Etat doivent USD 95.540.638,33 soit 13%, la basse tension soit USD 270.994.373 soit 37% et la moyenne tension et haute tension doivent USD 280.693.925 soit 38%». En revanche, selon le DG Kayomb, la SNEL s’acquitte régulièrement des impôts et taxes collectées par les régies financières. Elle verse mensuellement USD 4,5 millions au titre de TVA.

Cela fait moins d’un an que Jean-Bosco Kayomb tire les rênes de la Société nationale d’électricité. Il a remercié le président de l’Assemblée nationale, les membres du bureau de l’assemblée nationale, les députés et même l’assemblée pour les questions et recommandations. Il a rassuré les élus du peuple que cela servira de référence durant son mandat.

Goretti KAT