Culture

A Lubumbashi, Contemporary And inspire les jeunes critiques d’art

Mai 08, 2017 Rédaction Africa News

Grâce au concours des tuteurs expérimentés et des techniques pédagogiques adaptées, les participants ont désormais acquis les bases… et bien plus sur cette filière plutôt rigoureuse

 

Un critique a pour rôle d’accompagner la reconnaissance du travail de l’artiste. Ce travail exige un bagage culturel fourni axée sur une discipline particulière. Pour y répondre, Contemporary And -C&-, plateforme culturelle et espace dédié à la réflexion et à la mise en relation d’idées, de débats et d’informations sur la pratique artistique contemporaine, a organisé trois jours durant un workshop autour de l’écriture critique pour jeunes critiques d’art au Centre d’art Waza de Lubumbashi. Cela s’est révélé un bel exercice pour les apprenants, dont la plupart ignoraient par où commencer dans la rédaction d’une critique et avec quel contenu. Grâce au concours des tuteurs expérimentés et des techniques pédagogiques adaptées, les participants ont désormais acquis les bases… et bien plus sur cette filière plutôt rigoureuse.

 

Un groupe de journalistes culturels et autres jeunes ayant un intérêt particulier pour les arts visuels, venus de Kinshasa, Lubumbashi, Likasi, Goma et Brazzaville, vient d’être outillé sur les techniques de rédaction des textes critiques. Pendant trois jours, soit du 2 au 4 mai, les tuteurs chargés de la formation de ceux-ci leur ont transmis plusieurs notions et techniques. Il y a eu parmi les formateurs, Maurice Amuri, professeur de Littératures francophones et des méthodes modernes d’interprétation de textes à l’Université de Lubumbashi, Dagara Dakin, historien d’art, critique et commissaire d’exposition indépendant et correspondant de la revue Contemporary And à Paris, Patrick Mudekereza, écrivain, opérateur culturel vivant et travaillant dans la ville cuprifère, et également directeur exécutif du centre d’art Waza.

Cette rencontre organisée par C&, plateforme culturelle en plein essor, placée juste à l’intersection de l’art contemporain, de la critique d’art et des médias numériques, avec l’appui de Ford Fundation, vient apporter, tant soit peu, de l’oxygène à la scène artistique particulièrement RD-congolaise souffrant de l’absence des critiques d’arts qualifiés nantis d’une vision plus contemporaine de l’art. L’impact positif de ce workshop n’est pas forcement attendu du jour au lendemain. Cela nécessite l’engagement et la volonté des apprenants.

Ces derniers promettent de mettre en pratique les notions apprises. Ils se lancent alors sur terrain. La subjectivité d’un critique part toujours de la question qu’il pose ou l’angle qu’il choisit. Et, elle provient toujours de la sensibilité qui se dégage du critique. La notion sera, sans aucun doute, exploitée. Ce n’est pas tout. Il y en a eu encore d’autres lors des sessions pratiques. Qu’est-ce qu’est l’écriture critique par rapport au reportage? Quel en est le public et où publier une critique d’art au regard du contexte médiatique? Quel est le retour, la réception par les lecteurs, par la société en matière des sujets culturels et artistiques?… Autant de questions sur lesquelles les apprenants ont été suffisamment éclairés. Ils ont également bénéficié des conseils sur la façon de trouver sa voix, de construire une narration et d’affiner leurs compétences d’intervieweur.

 

Un appui considérable signé C&

 

Les objectifs de ce workshop étaient, entre autres, de faciliter la circulation du savoir et de l’expérience entre les participants, de débattre du journalisme dans l’art et de la pratique de l’écriture critique dans la perspective d’attirer surtout un public jeune, de soutenir les jeunes auteurs spécialisés en art dans leurs recherches d’autres débouchées de publication que C&, de fournir les outils permettant d’écrire des critiques, des commentaires et des essais dans un délai donné. L’atelier de Lubumbashi est le deuxième de la série après celui organisé en décembre dernier à Nairobi. Un autre est annoncé en septembre prochain à Harare avant celui de Luanda.

«C’est très important pour nous comme magazine d’art contemporain d’avoir les journalistes sur le continent. Aussi, c’est important de cibler différentes régions -francophone, anglophone et Lusophone», a déclaré Julia Grosse, rédactrice en chef de C& qui se réjouit du format de l’atelier. Elle a fait savoir qu’après le workshop de L’shi, les participants intéressés seront accompagnés à distance par les journalistes seniors de C&. Une opportunité visant à développer des talents. Contemporary And est un magazine d’art en ligne mais aussi en papier -biannuel. C’est un espace dynamique est dédié à la réflexion et à la mise en relation d’idées, de débats et d’informations sur la pratique artistique contemporaine issue de diverses perspectives africaines.

 

Patrick NZAZI

De retour de Lubumbashi