Politique

Bienvenu Bambale appelle l’UDPS à mener des actions concrètes

Août 21, 2017 Rédaction Africa News

La conférence  programmée samedi 20 août dernier par l’UDPS a été annulée par la Police française suite aux mécontentements des combattants de France. Ces derniers s’insurgent contre Félix Tshisekedi et tous les dirigeants de l’UDPS. Pour eux, ces opposants membres du Rassemblement/Limete sont en train d’endormir la population, qui pense que ces politiciens n’ont pas d’ambitions ou de projets de société clairs.

«Jusque-là, les opposants RD-congolais n’ont encore réalisé des actions concrètes et bénéfiques pour la population», déclarent les combattants. Intervenant à ce sujet, Bienvenu Bambale, président du Mouvement de la jeunesse du Congo -MJC- et ex-combattant de la Diaspora, trouve que ses amis de la Diaspora ont raison. Néanmoins, Bambale rappelle aux cadres de l’UDPS que leur parti politique est le plus peuplé et le plus écouté par la population. Grâce à cet avantage, poursuit-il, le parti d’Etienne Tshisekedi peut politiquement, économiquement et socio-culturellement changer les choses. «Les opposants doivent monter des stratégies, avec des bonnes idées, pour le développement notre pays, la RD-Congo», recommande Bambale.

«Je pense que ce n’est pas faux. Aujourd’hui, nous avons des combattants résistants, qui comprennent les choses comme moi et qui ne sont pas dans le fanatisme», souligne Bienvenu Bambale. Et d’ajouter: «il est vrai que l’UDPS représente une force pour la RD-Congo, car c’est le seul parti politique qui a beaucoup de membres et a le pouvoir de libérer la population de la misère lui accablée par le pouvoir en place, si seulement ils le veulent».

Pour Bambale, le peuple a vraiment besoin de se libérer et Félix Tshisekedi ne peut pas se déclarer non-violent à vie. A un certain moment, il doit se décider d’envoyer le peuple chercher le pouvoir, car selon lui, en RD-Congo, le pouvoir ne se donne pas. Il estime en outre qu’ils ont déjà essayé de faire les choses  avec non-violence, mais ils ont été dupés lors du dialogue du Centre interdiocésain

«Mes amis combattants qui voient les choses comme moi, sont fatigués de vous laisser faire de vas et viens, organiser les dialogues et, enfin de compte, rien ne change. Au mois de septembre de l’année passée, ils ont brandi un carton jaune et au mois de décembre un autre carton rouge et tout cela n’a abouti à rien. Le 31 décembre est pour bientôt… Est-ce que l’ultimatum qu’ils viennent de lancer au pouvoir en place va-t-il tenir. A la fin, ils vont laisser passer les choses et venir nous dire après qu’ils ont été contraints d’accepter», se demande-t-il tout en signalant qu’il faut casser les œufs si l’on veut faire les omelettes.

«S’ils veulent, ils peuvent…»

Le président du MJC pense que Félix Tshisekedi est devenu un vrai diplomate, mais le pouvoir en place s’en fout de tout ça. Donc, les combattants sont contre sa manière de faire les choses. Par rapport à la rencontre qui a eu lieu entre l’Union européenne -UE- et Olenghankoy, Bambale estime que ce dernier ne figure pas parmi les vrais acteurs du Rassemblement et il n’amènera pas le pays aux élections. «Si l’UE veut ramener les vrais acteurs du Rassemblement aux affaires, ça sera une bonne idée, mais apparemment l’autre aile du Rassemblement ne veut plus d’un troisième dialogue», indique-t-il.

Quant à la déclaration de Kudura Kasongo sur la nomination de Félix à la Primature au mois de septembre, Bambale se dit confus parce que le fils d’Etienne Tshisekedi a dernièrement twitté qu’on ne peut pas compter sur lui pour être Premier ministre. Mais, si c’est le cas, il y aura un troisième dialogue. «Si Félix devient Premier ministre, je pense qu’ils peuvent organiser les élections même dans 4 mois, s’ils ont la volonté parce qu’ils ont la Communauté internationale et les partenaires», conclut Bambale.

Mymye MANDA