Culture

«Gentleman 2.0» de Djadju certifié disque d’or en deux semaines

Déc 20, 2017 Rédaction Africa News

De son vrai nom David Djuna Nsungula, le jeune Dadju, âgé seulement de 26 ans, se fait un nom dans la musique en seulement une année de carrière solo. A force d’accompagner son frère Ghandi plus connu sous le nom de Maitre Gims en studio, il se décide par accident de faire carrière dans la musique. Signé sur le label de Wati B, il débute sa carrière dans le duo The Shin Sekaï avec Abou Tall. Après un grand succès avec ce duo, il décide d’évoluer en solo en 2016. Aujourd’hui son single «Reine» -tiré de l’album «Gentleman 2.0» certifié disque d’or- connait un succès phénoménal qui atteint plus de 52 millions de vues sur Youtube. Ce qui le convaincre qu’il ne s’est pas trompé.
Né dans une constellation de stars, David Djuna Nsungula plus connu sous le nom de Dadju, fils de Djuna Djanana et petit frère de Maître Gims, s’est fait un nom en quelques mois en chantant l’amour et les peines de cœur. Selon le magazine panafricain Jeune Afrique, en seulement deux semaines, son premier album solo, Gentleman 2.0 est certifié disque d’or. «Je ne serai pas là sans ma famille… Celle dans laquelle je suis né, mais aussi celle que j’ai choisie, mon équipe, mes amis», a-t-il laissé entendre lors de la promotion de son album. Humble et doux, Dadju se montre très attaché à sa famille: «On sort, on fait du sport, on est constamment sur WhatsApp… On fait tout ensemble». Dans les pas de son père -Djuna Djanana, d’origine congolaise- avec lequel il vit en banlieue parisienne jusqu’à ses 9 ans, a renchéri Jeune Afrique, il concilie musique et responsabilité familiale, car il devient père d’une fille en octobre dernier. Dadju, qui a longtemps été le petit frère, le fils, est devenu le père. Dadju est un autodidacte de la musique issu d’une fratrie de quinze enfants, qui compte plusieurs chanteurs, le jeune homme d’aujourd’hui 26 ans grandit surtout dans l’ombre d’un certain Maître Gims, de cinq ans son aîné. C’est à force de l’accompagner en studio qu’il se décide par accident de faire carrière dans la musique. D’abord dans le duo The Shin Sekaï -avec Abou Tall- signé sur le label de Wati B, le même que son frère. Puis en solo à partir de 2016.

Le succès phénomène
D’abord partagés sur sa page Facebook, puis sur son compte Instagram et Youtube, son single «Reine» -tiré de l’album «Gentleman 2.0»- qui atteint aujourd’hui plus de 52 millions de vues sur Youtube le convainc qu’il ne s’est pas trompé. L’artiste précise son créneau de gentleman prêt à entrer par effraction dans le cœur des demoiselles. «C’est étonnant car au départ je m’adressais surtout aux hommes, je voulais leur prodiguer des conseils sur la manière de se comporter avec les femmes. Et puis je me suis rendu compte que j’avais surtout du succès auprès des jeunes filles, mais aussi un public plus mature, des dames de 45, 50 ans», a-t-il déclaré. Il devient un boys band à lui tout seul, qui chante l’amour, ses joies et ses pannes, à un public très féminin. À l’entendre, l’artiste aurait 260 sons en réserve avec au moins un refrain à chaque fois, pour de futurs albums. Influencé par son entourage familial comptant des figures masculines à voix et aux disques d’or, une mère fan de musique religieuse, Dadju reste sûr de lui. «J’ai grandi avec des rappeurs, j’ai une certaine crédibilité de ce côté-là, on peut faire des sons ensemble sans que ce soit la honte». Selon Jeune Afrique, son album contient déjà 19 titres et pas moins de 8 featurings, dont Niska, Fally Ipupa et évidemment Maître Gims. Parmi eux également Franglish et S.Pri Noir, deux artistes qui font partie de la famille de cœur du chanteur.

Brice NLANDU