Culture Société

Journée Internationale de la Francophonie: A Kinshasa, des con-cours organisés à l’Institut français

Mar 21, 2018 Rédaction Africa News

Le 20 mars de chaque année, les francophones de cinq continents, dans plus de 80 états, fêtent la langue française dans la diversité à travers des concours, des expositions d’arts, des poèmes, chorégraphies, livres, découverte des œuvres littéraires et autres. «La langue française, notre trait d’union pour agir», c’est le thème retenu pour cette année. A Kinshasa, plusieurs activités ont été organisées par Wallonie Bruxelles à l’Institut français. Il s’agit, notamment, des concours auxquels quatre écoles secondaires à savoir le collège Bonsomi de N’Djili,  le Figier, le lycée Movenda  et l’Institut Eurêka se sont disputés le prix du meilleur exposé et du meilleur lecteur à partir des ouvrages d’auteurs invités lors de la fête du livre en 2017.

Cette année, la journée internationale de la francophonie célébrée mardi 20 mars, a eu pour thème: «la langue française, notre trait d’union pour agir». En RD-Congo particulièrement à Kinshasa,  en mémoire de cette journée,  cette journée ne s’est pas passée sous silence. Le centre Wallonie Bruxelles a organisé plusieurs activités à l’Institut français de Kinshasa -IFK-, entre autres des concours au cours desquels quatre écoles secondaires à savoir le collège Bonsomi de N’Djili,  le Figier, le lycée Movenda  et l’Institut Eurêka se sont disputés le prix du meilleur exposé et du meilleur lecteur à partir des ouvrages d’auteurs invités lors de la fête du livre en 2017.Selon les renseignements fournis par le Centre Wallonie Bruxelles à Kinshasa, le français demeure la deuxième langue la plus apprise dans le monde, la deuxième langue d’information internationale dans les médias, la troisième langue du monde des affaires, quatrième langue d’Internet, et la cinquième langue la plus parlée sur la planète.

Pour une petite histoire, la date du 20 mars a été choisie en référence au 20 mars 1970, marqué par la création à Niamey au Niger, de l’agence de coopération culturelle et technique -ACCT.

Ketsia NSONSA