Ecofin La une

La DGI atteint 81% de ses assignations fiscales de 2017

Jan 12, 2018 Rédaction Africa News

Coup de chapeau pour la haute Direction générale des impôts -DGI- qui, grâce à sa fructueuse politique managériale, a pu réaliser 81% de ses assignations budgétaires de 2017, soit CDF 2.200 milliards des recettes fiscales sur CDF 2.707 milliards des prévisions. Ce, en dépit du ralentissement de l’activité économique et de l’effritement du pouvoir d’achat du citoyen RD-congolais. Au cours de la cérémonie d’échanges de vœux, le week-end dernier à l’hôtel des impôts, le Directeur général, José Sele Yala Ghuli, a salué cette performance tout en s’engageant à appuyer sur l’accélérateur en vue d’atteindre les deux priorités de son mandat : placer l’agent au centre de la machine DGI et  bâtir un partenariat franc et dynamique avec les contribuables.

La Direction générale des impôts -DGI- a dévoilé, à la faveur d’une cérémonie d’échanges de vœux à l’hôtel des impôts dans la commune de la Gombe, le taux d’assignations fiscales atteint en 2017. Sous l’égide du DG José Sele Yala Ghuli, les agents et cadres du fisc ont pu réaliser 81% des assignations budgétaires de 2017, soit CDF 2.200 milliards des recettes fiscales sur CDF 2.707 milliards des prévisions. Des résultats produits, selon le DG Sele, dans un contexte de ralentissement de l’activité économique et de l’effritement du pouvoir d’achat du citoyen RD-congolais.  Il s’est réjoui de ces performances et s’est engagé à appuyer sur l’accélérateur pour faire davantage durant son mandat à la tête de la DGI. Par ailleurs, José Sele entend continuer son action à travers deux priorités. D’abord, placer l’agent au centre de la machine DGI. Ici, le DG reste convaincu que si l’agent est revalorisé et qu’il travaille professionnellement, les recettes vont suivre facilement. Mettant un accent particulier sur la revalorisation des ressources humaines, il a demandé à ses collaborateurs de faire preuve d’éthique et de déontologie dans l’exercice quotidien de leur travail. «Un agent de fisc devra travailler avec zèle, enthousiasme et apostolat dans la mesure où il mobilise les ressources pour financer l’ensemble de programmes de développement du pays, orienté par le Chef de l’Etat», a-t-il recommandé.

Si l’année 2017 a été marquée sur cet aspect, notamment par l’acquisition de 4 bus pour le transport du personnel, la mécanisation de 395 agents temporaires et la formation du personnel technique localement comme à l’étranger, José Sele annonce pour 2018 l’acquisition d’un bâtiment moderne devant abriter les services de la Direction des grandes entreprises -DGE- pour dégager ainsi l’espace devant accueillir d’autres services.

Ensuite, le DG Sele est déterminé à bâtir un partenariat franc et dynamique avec les contribuables. A ce sujet, il a rappelé aux agents et cadres que le rôle de l’Administration fiscale consiste à partager avec les contribuables, une lecture commune des textes qui fondent les différents impôts. Il a conseillé de travailler en équipe pour mieux atteindre les objectifs que le Gouvernement a assignés à la DGI dans le cadre de la mobilisation accrue des recettes. «Ainsi donc nous allons consolider, en 2018, notre partenariat avec la Fédération des entreprises du Congo -FEC- qui regroupe le plus grand nombre des contribuables en RD-Congo. L’objectif est de réaliser davantage des ressources au profit du Trésor public», a promis le DG José Sele.

Pour sa part, la délégation syndicale a remercié la haute direction de la DGI pour avoir organisé cette rencontre d’échanges et de mutualisation afin de s’approprier la vision, retrousser les manches et mettre le cap vers la réalisation des assignations de 2018, chiffrées à CDF 2.700,9 milliards.

Les assignations de 2017 chiffrées à CDF 2.707,2 milliards dégageaient un accroissement d’environ 52,2 % par rapport aux prévisions précédentes contenues dans la loi des finances rectificative de 2016, chiffrées à CDF 1.737 milliards. La TVA devrait mobiliser 40%, l’Impôt professionnel sur les rémunérations -IPR- 34,6%, l’Impôt sur les bénéfices et profits -IBP- ainsi que l’Impôt sur les revenus des capitaux mobiliers des nationaux devraient mobiliser 24,4%.

Olitho KAHUNGU