La une Société

Voici les meilleurs de l’année 2016

Jan 09, 2017 Rédaction Africa News

Pour la 10ème année consécutive, l’Institut des Sondages Les Points a présenté son classement annuel des meilleurs, secteur par secteur. Joseph Kabila, Ramazani Shadary et Henry Thomas Lokondo, Michel Bongongo et Justin Kalumba, Jacques Mbadu et Richard Muyej, Anatole Kikwa et Agnès Mwad, TP Mazembe, AfricaNews, Top Congo et le site Actualite.cd entrent dans les annales
2016, une année de tous les enjeux et de tous les dangers en RD-Congo, aura finalement été riche en événements politique, religieux, social et sportif. Les RD-Congolais ont été particulièrement marqués par la tenue des négociations directes du Centre interdiocésain, à Kinshasa, entre les signataires de l’Accord politique du dialogue national de la Cité de l’Union africaine et le Rassemblement des forces sociales et politiques acquises au changement. Selon un sondage réalisé par «Les Points», une écrasante majorité d’entre eux, soit 89% considèrent, après sa signature, que cet Accord politique a eu le mérite d’avoir apaisé, dans une certaine mesure, les esprits et la tension.
Cette enquête poursuit qu’outre les évènements politiques, l’année 2016 a connu également les actions des personnalités politiques qui l’ont marquée en bien tant au niveau national et provincial, au sein du Parlement, ainsi que dans les entreprises publiques. Au plan politique, l’Accord du Centre interdiocésain arrive en première position comme un grand événement, puis intervient l’élection des gouverneurs issus du nouveau découpage territorial avec 63%. Concernant le social, une certaine stabilité dans le paiement des agents et fonctionnaires de l’Etat met d’accord 67% des sondés suivi de 66% en faveur des efforts fournis par le gouvernement central à travers son ministère de la Santé pour maitriser la propagation des maladies épidémiologiques à l’instar de la fièvre jaune.
Au plan religieux, l’Eglise catholique a gagné dans l’opinion publique pour avoir réussi le dialogue politique sous l’égide de la CENCO avec 88%, largement très loin devant le culte œcuménique -51%- organisé en mars dernier, au stade des Martyrs de la pentecôte, par les princes des églises protestante, kimbanguiste, musulmane, orthodoxe et de réveil qui a été perturbé par une forte pluie.
A en croire «Les Points», Joseph Kabila est la personnalité politique de l’année. Le Président de la République est crédité de 86% pour son sens d’ouverture et son attachement à la paix sociale et à la sauvegarde de l’Etat de droit.
Côté gouvernement central, l’ancien ministre du Budget Michel Bongongo arrive en tête avec 72% pour avoir permis l’harmonisation et l’uniformisation du salaire des agents et fonctionnaires de l’Etat sur toute l’étendue du pays ainsi que la traque contre les détourneurs des salaires des fonctionnaires. Son ancien collègue des Transports et voies de communication, Justin Kalumba, vient en 2ème position avec 68%.
Mbadu et Muyej au royaume des gouverneurs
A l’Assemblée nationale, le député Ramazani Shadary, promu vice-premier ministre en charge de l’Intérieur et sécurité, occupe la première place avec 69%. Une place obtenu grâce à ses interventions en plénières à l’hémicycle visant à apaiser les états d’esprit et pour avoir initié et conduit une démarche sur l’interprétation des articles 70, 73, 103 et 105 de la Constitution par la Cour constitutionnelle. Ramazani Shadary est suivi d’Henri thomas Lokondo, crédité de 62%.
Jacques Mbadu du Kongo Central bat le record des gouverneurs. Il obtient 74% des voix favorables pour avoir réussi à rapprocher le pouvoir avec la population et surtout son aspect social. Son collègue de Lualaba, Richard Mujej, arrive en 2ème position avec 68%. Les chantiers ouverts et les travaux réalisés dans ces deux provinces plaident en faveur de ces deux gouverneurs, parmi les meilleurs que compte Joseph Kabila.
Dans le royaume des managers, Anatole Kikwa -OGEFREM- et Agnès Mwad Nawej de l’INSS sont considérés comme meilleurs mandataires. Ils obtiennent respectivement 71 et 63% d’opinions favorables.

Top Congo, Actualite.cd et AfricaNews dominent les medias
Grand événement dans le secteur des médias, où la palme de la presse écrite revient à AfricaNews, qui obtient 67%, suivi de Congo Nouveau, 63%. Après 11 ans d’existence, après avoir caracolé pendant deux ans successifs dans le peloton de tête, le tri hebdomadaire fondé par Alain Nkoy Nsasies et dirigé par Achille Kadima Mulamba vient de brûler la politesse à tous ses ainés et à tous les quotidiens du pays, grâce à son traitement osé mais responsable de l’information.
Le journal du quartier Beau Vent, Commune de Lingwala, réussit également à placer sa version web parmi les 5 meilleures éditions en ligne du pays, dans une catégorie désormais très prisée en RD-Congo, où domine un leader jeune, Actualite.cd. Avec 68 points engrangés, le site de Patient Ligodi, qui séduit par le dynamisme et la fraicheur de ses rédacteurs, marque les esprits. Autour de leur leader Ligodi, un produit AfricaNews, Rachel Kitsita, Tcheke Bukasa, Jacques Kini ou Stanis Bujakera relèvent le défi de l’actualité dans un pays dépourvu d’agence de presse digne de ce nom. Actualite.cd est secondé par 7sur7.cd de Molendo Sakombi, 65%, Polico.cd, Africanewsrdc.com et Zoom Eco de Tshikuma Eric. Une crème des compétences locales. Top Congo FM de Christian Lusakweno, la radio de chez nous, est la meilleure de la spécialité tandis que TP Mazembe, le club de Moise Katumbi, vainqueur de la C2 de la CAF, arrache la palme de la meilleure équipe de football. Ci-après, des larges extraits du Sondage Les Points.
Octave MUKENDI

1. Au plan politique
Priées de choisir lesquels des événements de l’année dernière les auront marqués, la majeure partie des personnes sondées considèrent que la tenue des négociations directes du centre interdiocésain a été l’évènement majeur de l’année 2016. Elles sont d’avis que l’issue heureuse de ces pourparlers, obtenue le 31 décembre tard dans la nuit, est le plus grand événement politique de l’année en RD-Congo.
L’élection des gouverneurs de vingt-et-une nouvelles provinces issues du découpage territorial, arrive à la deuxième place avec 63%.
A la troisième place se classe la création en juin dernier, à Genval, de la méga plateforme de l’Opposition, le Rassemblement des forces sociales et politiques acquises au changement qui bénéficie de 59 % des intentions.
La quatrième place est occupée par les activités des mouvements citoyens, une nouveauté dans la sphère de la jeunesse congolaise.
Ainsi, l’émergence des mouvements citoyens aura attiré l’attention des Congolais, lesquels militent chacun pour son objectif et avec ses propres méthodes: la paix et la lutte contre le pillage pour UJANA, le changement ou l’alternance ainsi que le respect de la Constitution pour LUCHA et FILIMBI. Dans l’ensemble, ces mouvements citoyens ont marqué la population à 52%.

2. Au plan social
Sur le plan social, 67% des sondés retiennent principalement une certaine stabilité dans le paiement des agents et fonctionnaires de l’Etat, une conséquence logique des efforts fournis par le gouvernement central au cours du premier semestre de l’année en vue de mettre fin aux détournements des salaires des fonctionnaires. 66% des personnes concernées par ce sondage reconnaissent les efforts fournis par le gouvernement central à travers son ministère de la Santé pour maitriser la propagation des maladies épidémiologiques à l’instar de la fièvre jaune.

3. La Religion
Sur le plan religieux, l’Eglise catholique a gagné dans l’opinion publique pour avoir réussi le dialogue bien que sur demande du Chef de l’Etat.
Près de 88% de la population représentée par l’échantillon suffisamment représentatif de toutes les couches sociales du pays ont salué chaleureusement le travail abattu par la CENCO -Conférence Episcopale Nationale du Congo- pour la tenue d’un dialogue national véritablement inclusif.
Le Chef de l’Eglise catholique, le Pape François est considéré par la masse silencieuse congolaise comme celui qui s’est personnellement impliqué pour motiver les prélats catholiques à fournir plus d’efforts dans le dialogue afin d’éviter au pays le chaos tant redouté.
Très loin derrière la médiation menée par la CENCO, se classe le culte œcuménique -51%- organisé en mars dernier, au stade des Martyrs de la pentecôte, par les princes des églises protestante, kimbanguiste, musulmane, orthodoxe et de réveil qui a été perturbé par une forte pluie.

4. Les Sports
Les personnes sondées sont d’avis qu’en 2016, les sports et particulièrement le football ont joué valablement leur rôle d’unificateurs. Dans un climat social agité et dominé par des tensions politiques, les Congolais de toutes les sensibilités politiques, religieuses et culturelles s’étaient réunis autour de leur équipe nationale de football qui a réussi, grâce au savoir-faire de son entraineur Florent Ibenge, à reprendre sa place de grande nation africaine de football.
Ainsi, 92 % d’entre eux ont choisi la victoire des Léopards locaux, à la 4ème édition du championnat d’Afrique des Nations -CHAN- Rwanda 2016 comme l’événement sportif de l’année.
On note aussi la victoire du Tout Puissant Mazembe en Coupe africaine des clubs -CAF- (63%). L’élimination sur tapis vert de l’AS. Vita Club en quarts de finale de la Ligue des Champions d’Afrique (58%) classée deuxième évènement sportif, la sélection d’un arbitre congolais pour officier à la phase finale de la CAN Gabon 2017 quatrième avec 53%.

5. Evénements tragiques
Parmi les événements tragiques survenus en 2016, 85% des personnes sondées ont choisi en première position, les manifestations violentes des 19 et 20 septembre derniers, ayant occasionné des dizaines de morts, dont le bilan est resté relatif selon les sources.
En deuxième position avec 81%, se classe la mort sur scène, le 24 avril, au festival d’Anumabo à Abidjan, de Jules Shungu Wembadio Pene Kikumba alias Papa Wemba. Une mort qui a sans doute plongé toute l’Afrique en général et la RDC en particulier dans l’émoi.
Vient en troisième position, la série de tueries à répétition à Béni dans le Nord-Kivu -58%- puis les tueries de Kananga orchestrées par les éléments du chef coutumier Kamwena Nsapu -52-.

I. Personnalités marquantes
1. Président de la République
Interrogés sur les acteurs politiques congolais qui ont marqué la vie de la nation au cours des douze derniers mois, des RD-Congolais âgés de 18 ans et plus, vivant à Kinshasa et à l’intérieur du pays, représentant toutes les couches sociales de la population, considèrent unanimement que le Chef de l’Etat, Joseph Kabila est la personnalité politique de l’année. Ils sont plus de 86% à expliquer que leur choix est motivé par le sens d’ouverture du Président de la République et son attachement à la paix sociale et à la sauvegarde de l’Etat de droit.
Toutes les personnes interrogées ou presque saluent entre autres, sa salutaire et patriotique initiative de poursuivre le dialogue avec les différents acteurs politiques et sociaux pour la réussite du processus électoral en cohérence avec ses efforts pour préserver les acquis du développement et de la stabilité.
Au moment où les appels à la violence se multipliaient et dans un contexte socio-économique agité dominé par des frustrations et des messages d’alerte venant des partenaires extérieurs de la RD-Congo, il a fourni des efforts pour la décrispation de la situation politique en faisant des concessions importantes dont l’attribution de la primature à l’Opposition signataire de l’accord du 18 octobre.

Outre le Président de la République, plusieurs autres personnalités ont également séduit la population congolaise, chacune dans son institution. C’est le cas notamment de:
2. Gouvernement Central
Suite au tableau comparatif du baromètre gouvernemental réalisé mensuellement, la moyenne des cotes obtenues fin novembre 2016 donne le classement ci-après:
-Michel Bongongo -Budget- 72%: L’on retient de son passage au ministère d’Etat en charge du Budget, l’harmonisation et l’uniformisation du salaire des agents et fonctionnaires de l’Etat sur toute l’étendue du pays ainsi que la traque contre les détourneurs des salaires des fonctionnaires.
L’actuel ministre d’Etat en charge de la Fonction publique aura le mérite selon les personnes interrogées, d’avoir remis de l’ordre dans le secteur du paiement des salaires des agents de l’Etat dans certains domaines, notamment l’enseignement primaire et secondaire, l’enseignement universitaire et la santé.
-Justin Kalumba Mwana Ngongo -Transports et Voies de Communication- 68%: Classé deuxième avec 68%, le ministre des TVC a non seulement battu le record de longévité à la tête de ce ministère, mais aura également marqué l’opinion par plusieurs actions dans son domaine.
Moins protocolaire, il a réalisé un chapelet d’actions qu’aucun de ses prédécesseurs n’a réalisées. Outres les actions réalisées en 2016, on note l’acquisition des aéronefs, des locomotives et des voitures passagers pour le transport ferroviaire, la réhabilitation du bateau Gungu et la liste n’est pas exhaustive.
-Félix Kabange Numbi -Santé-, troisième sur la liste avec 66%. Pour les personnes enquêtées, c’est la rapidité avec laquelle il a maitrisé la propagation des maladies épidémiologiques à l’instar de la fièvre jaune, mais aussi son implication pour la dotation des matériaux médicaux à certains hôpitaux de Kinshasa et de l’intérieur du pays qui plaident en sa faveur dans l’opinion.
En dehors de son appartenance au gouvernement, l’actuel ministre des Affaires foncières doit la montée de sa cote de popularité à son implication personnelle dans la recherche de la paix à travers sa campagne d’éducation civique et de soutien au dialogue.
-Avec 58%, Willy Makiashi -ETPS- a marqué la population. De son passage à la Vice-primature de l’Emploi, Travail et Prévoyance Sociale, les Congolais retiennent entre autres, des avancées significatives dans la lutte contre le chômage et particulièrement celui des jeunes, la relance du partenariat avec la Banque africaine de développement -BAD-. Cette institution finance actuellement à hauteur de plusieurs millions de dollars, le Programme-Emploi-Diplôme -PED- qu’il a mis en place en faveur de l’emploi des jeunes ; son appui sur tous les plans aux structures d’appui à son ministère que sont l’INSS, l’INPP et l’ONEM, qui ont créé, sous ses auspices, plusieurs milliers d’emplois ces derniers mois à Kinshasa et dans les provinces.
Beaucoup de sondés estiment qu’il a joué valablement son rôle en réinstaurant la paix sociale dans les entreprises tant publiques que privées et a rendu possible la réinsertion professionnelle d’anciens travailleurs injustement licenciés par leurs anciens employeurs.

3. Assemblée Nationale et Sénat
– Ramazani Shadary: outre ses interventions en plénières à l’hémicycle visant à apaiser les états d’esprit, l’actuel Vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur et Sécurité voit sa cote de popularité monter en puissance au sein de la Majorité présidentielle et de la population, pour avoir initié et conduit une démarche sur l’interprétation des articles 70, 73, 103 et 105 de la Constitution par la Cour constitutionnelle. Une démarche qui aura permis à la population d’avoir une bonne lecture de la Constitution en vue d’éviter tout malentendu sur l’élection présidentielle. Il arrive à la première marche et réalise 69% d’opinions favorables.
– Henri Thomas Lokondo: L’«éternel» Député national de la MP s’est, comme dans ses habitudes, distingué par des interventions intéressantes, cette fois-ci par sa motion incidentielle demandant l’examen du projet de la loi portant reddition des comptes. Le rejet de la Loi portant statut des agents de la Fonction publique, l’intervention sur les actions de la CENI invalidant les candidats indépendants à l’élection des gouverneurs dans les nouvelles provinces sur demande du SG de la MP sont aussi à son actif. Il a été classé deuxième avec 62%.
– Jean-Lucien Bussa: Il s’est fait remarquer par sa question orale avec débat à l’endroit du Gouverneur de la Banque Centrale du Congo sur la situation de la Banque Internationale pour l’Afrique au Congo -BIAC-. Ce qui lui vaut 57% et le classe à la troisième marche.
4. Provinces
-Jacques Mbadu -Kongo Central-, ayant obtenu la cote la plus élevée -74%- comparativement à ses paires gouverneurs des provinces, est classé premier sur la liste de meilleurs chefs des exécutifs provinciaux en 2016. Les personnes interrogées retiennent le fait qu’il a réussi à rapprocher le pouvoir avec la population et surtout son aspect social. Proche de la population, il s’est occupé dignement des sinistrés des dernières inondations de Boma et a, pour ce faire, mis en place des commissions de suivi.
L’on se rappelle aussi qu’il est le seul gouverneur de l’ex-Bas-Congo qui a envoyé les moyens de déplacement aux Ne Kongo refoulés de Brazzaville. Il est aussi considéré comme bâtisseur pour avoir reconstruit et réaménagé les routes de dessertes agricoles et l’Hôtel de ville de Matadi, et plusieurs autres ouvrages.
– Richard Muyej -Lualaba-: Très proche de la population, on enregistre à son actif, plusieurs actions dans les infrastructures et sur le plan social. Ainsi l’on dit de l’ancien ministre de l’Intérieur qu’il a réussi à gagner la sympathie de la population à cause de la paix qu’il a su consolider dès son arrivée dans cette province considérée comme pourvoyeuse des richesses de l’ex-Katanga. Pour preuve, le Lualaba fait partie des rares provinces qui n’ont pas enregistré des manifestations importantes en 2016. Avec 68%, il est classé deuxième meilleur gouverneur de l’année.
-Jean-Claude Kazembe -Haut-Katanga-: Très contesté dans l’opinion lors de son élection suite à la comparaison que l’on faisait de lui avec son prédécesseur, le dernier gouverneur de l’ex-Province du Katanga, Moïse Katumbi, Jean Claude Kazembe a défié tous les pronostics négatifs qui prophétisaient son échec à la tête de la nouvelle province du Haut-Katanga. La gestion par rationalité, l’insertion professionnelle d’un nombre important de jeunes, de grands travaux de réhabilitation des édifices publics à l’instar de l’Hôtel de ville de Lubumbashi, sont certaines de ses grandes réalisations. L’homme qui annonçait qu’il est «à la tête d’un gouvernement et non d’une ONG», a prouvé qu’il est un grand travailleur et assure un véritable coup de balai dans le Haut-Katanga. Il est classé troisième meilleur gouverneur et totalise 62%.

5. Entreprises publiques

-Anatole Kikwa -OGEFREM-: l’Office de la gestion du fret multimodal s’est positivement illustré en 2016 par la construction des ouvrages modernes avec équipements derniers cris à Bukavu dont un bâtiment administratif et la résidence du directeur régional; la construction de la résidence du chef de son site de Lufu à la frontière angolaise et l’acquisition de plusieurs véhicules d’exploitation aussi bien à Kinshasa que dans d’autres entités décentralisées. L’on retient aussi à l’actif de la direction générale, l’assistance de proximité aux chargeurs, le maintien de la paix sociale grâce au dialogue permanent et la paie régulière des rémunérations du personnel. A cela s’ajoute la présence remarquée et remarquable de cette entreprise publique à caractère technique et commercial à la présidence de l’Union des chargeurs africains -UCCA-. Avec 71% d’opinions favorables, Anatole Kikwa arrive en première position de meilleurs mandataires publics.
-Agnès Mwad Nawej -INSS-: l’Institut national de sécurité sociale n’a pas dérogé à ses habitudes au cours de l’année dernière. Sa direction générale a poursuivi la série de modernisation de ses infrastructures de base, notamment à Kisangani où un hôtel moderne a été réhabilité.
Sur le plan administratif, des réformes importantes ont été engagées et le social des pensionnés occupe toute sa place. Classée deuxième mandataire public, son Directeur général, Madame Agnès Mwad réalise 63% d’opinions favorables.
– Bien que suspendu de ses fonctions, les actions réalisées par Didier Musete, l’ancien DG de la SCPT, restent gravées dans l’opinion. Il lui est reconnu d’avoir sorti des cendres une entreprise classée des années durant dans les oubliettes en réhabilitant les services de la poste en RDC et en redonnant à la poste sa vraie valeur au sein de la société congolaise. Classé troisième, il réalise 54%.

II. Médias
Dans ce module, nous avons sélectionné les programmes à forte audience pour la télé et les stations radios, la presse écrite la plus préférée en version web tout comme papier afin de permettre aux annonceurs et aux décideurs de ne pas gaspiller l’argent dans les programmes ou la presse écrite à faible audience.
D’une manière globale, la télé reste le support médiatique qui connaît la plus forte audience en RDC malgré la carence en électricité. 84% de la population préfèrent suivre leurs programmes préférés à la télé. Ils sont 70% à suivre régulièrement, en dehors de la télévision, la radio pour s’informer ou suivre un quelconque programme.
Les réseaux sociaux ont également joué un rôle très important dans la communication -48%-. Mais pour les internautes, plus de 86% d’informations issues des réseaux sociaux constituent en grande partie des informations non fiables et sont propagées par des sources peu crédibles.
Par contre, la presse écrite version papier connait une certaine chute suite à la presse écrite version Net. La presse écrite version papier n’enregistre que 8% d’audience globale.

1. Télé
Dans l’ensemble, les chaines de télévision locales connaissent une baisse en audience. Ainsi, 45% des téléspectateurs kinois, soit un accroissement de 12% comparativement à 2015, préfèrent plus les programmes des chaines câblées -Canal+ et Star Time-, contre 55% des chaines locales en 2016, contrairement à l’an 2015 où la télé locale avait une audience évaluée à 67%. Cette chute est justifiée par la baisse des coûts d’abonnement des distributeurs des chaines.
Les chaînes locales sont plus suivies par une certaine catégorie de téléspectateurs soucieux des programmes locaux et/ou aux faibles revenus.
Étant donné qu’aucune chaîne de télévision ne fait l’unanimité des programmes, les chaînes de télévision sont classées en fonction des programmes. de la manière suivante:

2. Radio :
Ce type de médias étant florissant au niveau local, nous n’avons pas pris en considération l’audience des stations étrangères émettant à Kinshasa. Une forte concurrence entre la Radio Okapi et Top Congo FM, qui se disputent à elles deux la quasi-totalité des programmes, a été relevée.
Grace à son application sur les smart phones, Top Congo est à nos jours la station radio la plus suivie en temps réel, contrairement à la Radio Okapi qui nécessite une connexion sur transistor.

3. Presse écrite
a) Version Web
La presse écrite a connu en 2016, une nouvelle forme de présentation orientée plus sur la version internet que la version papier en République démocratique du Congo. Avec l’émergence des réseaux sociaux, les journaux sous format papier ont connu une chute d’audience et devront s’adapter s’ils ne veulent pas disparaitre. Ainsi, il se dégage un constat général que la quasi-totalité du lectorat congolais -77%- est présente sur les réseaux sociaux via leur téléphones portables et la presse d’informations en ligne a pris de l’ascendance sur la presse traditionnelle -version papier- au regard de leurs dépêches en temps réel.
En termes de classement :

b) Presse écrite format papier
Bien qu’il bénéficie d’un grand circuit de distribution, le Journal «Les dépêches de Brazzaville» est buté à certaines difficultés qui ne lui permettent pas d’avoir les dernières nouvelles de la journée.
Ce journal souffre également de carence d’articles d’analyse approfondies et scoop très prisés par les lecteurs kinois. Ce qui l’a empêché de conserver sa première place pendant cette année chaude d’actualités qui nécessitaient plus d’articles de fond que de simples papiers de reportages.
Dans ce domaine, les journaux de la vielle école ont presque cédé leurs places à la nouvelle génération des années 2006. Ainsi, le classement des journaux les plus lus en termes de scoops et analyses objectives se présente de la manière suivante:

4.. Meilleure publicité de l’année Publicité
Avec 75%, la publicité «NIDO NutriPAK», la publicité faite par le comédien Esobe est la meilleure pub de l’année. Oyo eza Tshiakudidi pe Kitindindi