Ecofin La une Nation

Le nouveau visage de la Gécamines

Jan 08, 2018 Rédaction Africa News

Depuis le mois de décembre dernier, la Générale de carrières des mines-GECAMINES- a un nouveau bâtiment rénové sur fonds propres, pour abriter le siège de la Direction générale de cette entreprise publique. Cette bâtisse a vu son rez-de-chaussée refait totalement, avec désormais un restaurant de grande qualité. Le premier niveau a connu des changements, notamment dans la salle de réunion où un système de visioconférence est installé. Et tous les autres niveaux ont connu les mêmes travaux, permettant ainsi aux cadres de cette société de travailler dans des conditions optimales. Dans son allocution, le Président du Conseil d’Administration de la Gécamines, Albert Yuma Mulimbi, a souligné que ce nouvel immeuble, par sa structure, n’a pas subi de modifications. Cependant, a-t-il poursuivi, rien de ce qui appartenait au passé dans cet immeuble, n’a été conservé. L’occasion faisant le larron, le PCA Yuma est revenu, dans son discours, sur les récentes déclarations des ONGs concernant la gestion des finances de la Gécamines, apportant ainsi la lumière sur les allégations y avancées. Devant le Chef de l’Etat Joseph Kabila qui a procédé à l’inauguration de ce joyau, il a démontré que ces déclarations sont l’œuvre de certaines officines qui veulent voir l’économie de la RD-Congo toujours aux mains des autres en appauvrissant les entreprises publiques de l’Etat. Il a également plaidé pour une nécessité de revisiter tous les contrats liant la Gécamines à des entreprises tierces, notamment les multinationales afin de permettre la RD-Congo de connaître un essor économique important.

«Nous conservons notre culture, celle d’être une entreprise RD-congolaise opérée par des RD-Congolais pour des RD-Congolais. Mais plus que tout, nous conservons notre mission première, celle de transformer les richesses du sous-sol RD-congolais en richesses pour le peuple RD-congolais. Nous ne cherchons pas à ressusciter l’Union Minière. Ce que nous voulons, c’est construire une entreprise moderne, dotée d’une structure organisationnelle moderne, disposant d’un outil de production moderne et entretenant des relations équilibrées avec ses partenaires…», a fait savoir le Président du Conseil d’Administration de la GECAMINES, Albert Yuma, réagissant aux récentes déclarations des ONGs sur la gestion des finances de la GECAMINES. A l’en croire, contrairement à ce qui est écrit, ici ou là, ce ne sont pas les revenus des partenariats noués avec les investisseurs étrangers qui permettront à notre pays de décoller. «La situation que nous vivons est d’autant plus insupportable que le monde entier a les yeux rivés sur nos richesses, cobaltifère et cuprifère, et que les cours mondiaux des matières premières s’envolent. Elle est d’autant plus insupportable, quand nous constatons que les maisons mères de nos partenaires, qui eux ne déclarent aucun dividende en RD-Congo, voient leurs cours de bourse s’envoler», s’est indigné le PCA de la Gécamines qui est en même temps le Président de la Fédération des entreprises du Congo-FEC.
Le nouveau bâtiment passe pour le reflet de nouvelles ambitions, du nouveau visage de la Gécamines, celui tourné vers la revisitation de tous les contrats liant cette société d’Etat à des entreprises tierces, notamment les multinationales afin de permettre à la RD-Congo de connaître un essor économique important. Une ambition qui coïncide avec la réforme du Code minier actuellement en examen au Parlement.
«Afin qu’on ne me prenne pas pour une sorte d’illuminé révolutionnaire, je voudrais citer certains passages d’un rapport récent de la Banque mondiale. Ces propos sont issus du rapport sur la révision de Code Minier RD-congolais d’avril 2016 qui dit, notamment et je cite: il est anormal qu’un pays dont les exportations de pétrole et de minerais se sont élevées à USD 48,5 milliards pendant le super-cycle de la production minière industrielle -2010-2014- paye USD 9,9 milliards pour rémunérer les investisseurs, reçoive USD 6,9 milliards de recettes, et se retrouve dans une situation de quasi crise avec une baisse de ses réserves et des recettes insuffisantes. Cela démontre que le choix de recourir à des multinationales exerçant dans le secteur formel n’a pas produit les retombées escomptées par l’État». Pour Albert Yuma, cela tient aux limites du Code minier, à l’incapacité de l’administration de le faire appliquer et à recouvrer des recettes auprès des différents producteurs.
Pour sa part, le Président de l’Intersyndicale de la Gécamines, Meschak Kasongo Mabwisha, a, au nom de tous les travailleurs, félicité le Chef de l’Etat pour les efforts qu’il ne cesse de consentir pour le bien de la population ouvrière de sa société. Il a aussi salué la bravoure et la détermination du Conseil d’Administration de la Gécamines, pour son courage de s’engager dans la réhabilitation de ce bâtiment, confondant ainsi toutes les mauvaises langues qui pensaient qu’il s’agissait de l’argent jeté par la fenêtre ou encore de la privatisation de ce siège social de la Gécamines. Quant au social des travailleurs, Kasongo Mabwisha a soutenu qu’en ce moment, la Gécamines traite mieux son personnel. «Les agents ont recouvré leur dignité et sont respectés à ce jour. Et ce, grâce aux efforts de redressement fournis par les autorités de la société. Un plan de rajeunissement du personnel est en cours, avec une première opération consistant à mettre en retraite légale tous les agents ayant atteint l’âge de pension. La Gécamines a déjà mis en retraite plus de 2000 agents et leurs indemnités de sortie sont versées progressivement pour leur permettre de bien passer leurs vieux jours», a-t-il témoigné. Et de poursuivre: «les installations scolaires de la Gécamines sont les meilleures dans les lieux où elles sont construites. Les écoles de la Gécamines produisent chaque année des lauréats, et pour l’année scolaire 2016-2017, le finaliste qui a obtenu 96% et s’est placé premier sur toute l’étendue de la RD-Congo est issu d’une école de la Gécamines de Kolwezi». Kasongo Mabwisha ne s’est pas arrêté là. Il a renseigné aussi que les hôpitaux de la Gécamines sont une référence à travers l’ex-province du Katanga. A l’en croire, les malades de l’hinterland minier se font soigner dans les hôpitaux de cette société qui ne fait que moderniser son équipement pour prendre en charge la plus part de maladies et lutter ainsi contre les expatriations des malades devenues monnaie courante dans les milieux urbains.
Dans son mot de bienvenue, le Gouverneur de la province du Haut-Katanga a remercié le Chef de l’Etat Joseph Kabila pour les différentes réalisations faites dans sa province, notamment avec la rénovation de ce bâtiment de la plus grande société minière de la RD-Congo. «Cette rénovation vient redonner une belle image à cette société dont l’histoire est étroitement liée à celle de la création de la province du Haut-Katanga», a-t-il déclaré. La cérémonie d’inauguration du siège social de la Gécamines situé entre les avenues Kamanyola et Moero à Lubumbashi, le 22 décembre 2017, a été marquée par la présence de plusieurs autorités sur le plan national et provincial, ainsi que celles venues d’autres provinces issues du démembrement de l’ex-grand Katanga.

Olitho KAHUNGU