Politique

Les Assemblées provinciales évaluent leurs actions à Kinshasa

Mai 15, 2017 Rédaction Africa News

«A la veille du premier anniversaire du démarrage du fonctionnement de nouvelles provinces issues du démembrement, il s’avère tout à fait indiqué de faire le point sur cette expérience de gouvernance et de procéder à l’évaluation de mi-parcours», a déclaré Ramazani Shadary à l’ouverture des travaux

A l’initiative du vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur et Sécurité, Emmanuel Ramazani Shadary, les Assemblées provinciales sont en séminaire d’évaluation à Kinshasa, la capitale. Chaque assemblée est représentée par 5 députés provinciaux avec à la tête le président du bureau. Objectif visé: procéder à l’évaluation générale du fonctionnement de ces assemblées délibérantes provinciales de manière à dégager les réalisations accomplies, identifier les défis et les faiblesses rencontrés ainsi qu’explorer les voies et moyens pour améliorer leur prestations et préciser leurs rôle dans un contexte de décentralisation administrative et territoriales.

Les assises ont ouvert leurs portes le dimanche 14 mai 2017 par la bouche de Léon Kengo Wa Dondo, président du Sénat. Plusieurs intervenants ont pris la parole. La clôture interviendra le mardi 16 mai. Déjà à l’ouverture des travaux, les Assemblées provinciales sont appelées à jouer leur rôle dans le respect des lois en privilégiant la stabilité des institutions et la cohésion nationale.

Au salon rouge de l’immeuble intelligent du gouvernement RD-congolais, le décor est planté le dimanche 14 mai 2017. Les délégués des Assemblées provinciales, en fonction de 5 membres par province, sont installés. Les deux présidents des chambres parlementaires sont également au rendez-vous sans oublier les autres autorités ayant en charge les services de défense et sécurité. Tous répondent à l’invitation de Ramazani Shadary, vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur et Sécurité. Ce dernier a convoqué un séminaire avec les Assemblées provinciales afin d’échanger avec les autorités des institutions nationales.

Les travaux ont été ouverts par Léon Kengo Wa Dondo, président du Sénat, institution nationale émanant des Assemblées provinciales. Kengo a indiqué que, selon la loi sur la libre administration des provinces, le Sénat peut consulter les Assemblées provinciales. Il a invité ces dernières à œuvrer dans le sens de maintenir la stabilité institutionnelle des 26 provinces de la RD-Congo.

Moment d’évaluer la mise en œuvre de la décentralisation

Pour sa part, dans son discours d’orientation du séminaire, Ramazani Shadary a déclaré qu’à ce jour, il n’y a point encore de cadre d’échange légal entre le niveau central et les Assemblées provinciales, alors qu’il existe un cadre légal de concertation et d’échange entre le gouvernement central et les provinces, à savoir: la Conférence des gouverneurs ainsi que le Réunion interinstitutionnelle au niveau national. Il a émis le vœu d’instaurer une rencontre annuelle avec les Assemblées provinciales dans ce sens.

Aussi, le vice-Premier ministre de l’Intérieur à circonscrit le cadre de ces assises. «A la veille du premier anniversaire du démarrage du fonctionnement de nouvelles provinces issues du démembrement, il s’avère tout à fait indiqué de faire le point sur cette expérience de gouvernance et de procéder à l’évaluation de mi-parcours», a-t-il souligné.

Selon lui, ces assises constituent un moment d’évaluer la mise en œuvre de la décentralisation sous un angle particulier, celui des situations-problèmes auxquels sont buté les Assemblées provinciales et qui se sont souvent manifestées à travers des tiraillements entre camps ou factions opposés, souvent par incompréhension ou manque de transparence les uns vis-à-vis des autres.

Il a estimé qu’il est temps d’approcher les Assemblées provinciales des institutions nationales. Pour ce faire, le séminaire des Assemblées provinciales ambitionne de procéder à l’évaluation générale du fonctionnement de ces assemblées délibérantes provinciales de manière à dégager les réalisations accomplies, identifier les défis et les faiblesses rencontrés ainsi qu’explorer les voies et moyens pour améliorer leur prestations et préciser leurs rôles dans un contexte de décentralisation administrative et territoriales.

Faire un bilan des activités des Assemblées provinciales

A en croire Shadary, ledit séminaire est axé sur 5 points essentiels. Il s’agit de dresser un état des lieux du processus de la mise en œuvre de la décentralisation depuis l’adoption de la Constitutions du 16 février 2006, faire un bilan des activités des Assemblées provinciales au cours des dix années d’activités pour les unes et une année pour les autres. Aussi présenter le tableau des conflits survenus dans les provinces impliquant ou concernant les Assemblées provinciales. Autre élément, renforcer les capacités des élus provinciaux et, enfin, explorer les mécanismes de réduction des crises interinstitutionnelles et harmoniser les relations entre les Exécutifs provinciaux et les Assemblées provinciales comme on le fait au niveau central, en vue d’examiner de nouvelles initiatives des actions en développement.

Après l’ouverture des travaux, plusieurs intervenants ont pris la parole. C’est le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, qui a inauguré les exposés en tablant sur la production législative et le contrôle parlementaire. Il a fait le bilan de l’Assemblée nationale y compris du Sénat appelant les députés provinciaux à faire de même et à travailler pour la consolidation de la démocratie, la paix et la cohésion nationale.

Les défis à relever dans le fonctionnement des Assemblées provinciales

Pour sa part, Azarias Ruberwa, ministre d’Etat à la décentralisation et réformes des institutions, a décortiqué le processus de mise en œuvre de la décentralisation en RD-Congo en épinglant l’histoire, le bilan et les perspectives. Il a fait savoir que les autorités doivent continuer la mise en œuvre de la décentralisation.

Pour sa part, Evariste Boshab, ancien président de l’Assemblée nationale et ancien vice-premier ministre de l’Intérieur et Sécurité, s’est appesanti sur les défis à relever dans le fonctionnement des Assemblées provinciales et leurs rapports avec les Exécutifs provinciaux.

Le président de la CENI, Corneille Nangaa, a axé son intervention sur le processus électoral en RD-Congo tandis que l’ancien vice-Premier ministre Adolphe Lumanu a fait l’économie générale de l’Accord du 31 décembre et l’Arrangement particulier. C’est autour du ministre des Finances, Henri Yav d’évoquer la problématique des finances provinciales et locales. Les autres exposés vont se poursuivre en vue de permettre aux participants de faire une bonne évaluation de leurs actions lors des travaux en commission avant de présenter le rapport final. Il va sans dire que c’est le président de l’Assemblée provinciale de Kinshasa, Roger Nsingi qui a souhaité la bienvenue à ses collègues députés provinciaux en séjour dans la capitale.

Octave MUKENDI