La une Politique

Luzolo transmet 14 dossiers au PGR

Août 11, 2017 Rédaction Africa News

«L’objectif de cette opération est de soutenir le Président de la République dans sa lutte contre l’impunité pour restaurer l’autorité de l’Etat et moraliser la vie publique dans notre pays», explique le conseiller spécial anti-fraude dans une missive confidentielle transmise à Flory Kabange à laquelle AfricaNews a eu accès

Sur la table du Procureur général de la République, Flory Kabange Numbi, se trouve, depuis le 4 août de l’année en cours, 14 dossiers des dignitaires du pays impliqués dans les malversations financières, détournements des deniers publics, corruption, fraude fiscale et douanière dont la perte est estimée à plusieurs millions de dollars américains au détriment du Trésor public. Les personnes visées sont notamment de hauts fonctionnaires de l’Etat, des mandataires publics, des hommes d’affaires nationaux et étrangers, des responsables des banques commerciales ainsi que de la Banque centrale du Congo.

Les caisses du trésor public saignent à blanc. La RD-Congo, alors qu’elle traverse une période de turbulence économique, assiste malheureusement à la volatilisation de l’argent devant servir à sa reconstruction et à sa modernisation.

Conseiller spécial du Chef de l’Etat en matière de la bonne gouvernance et de lutte contre la corruption, le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, Luzolo Bambi Lessa, n’a pu assister impuissamment à cette situation qui, de plus en plus, plonge le pays dans un chaos économique.

Après avoir initié diverses actions, Luzolo est revenu à la charge. Il a transmis au Procureur général de la République, Flory Kabange Numbi, 14 dossiers émanant des enquêtes diligentées et bouclées par ses services. Dans une correspondance confidentielle adressée au PGR à laquelle AfricaNews a eu accès, Luzolo a laissé entendre qu’il s’agit des cas de malversations financières, détournements des deniers publics, corruption, fraude fiscale et douanière dont la perte est estimée à plusieurs millions de dollars américains au détriment du Trésor public.

Sur la liste transmise au PGR, figurent de hauts fonctionnaires de l’Etat, des mandataires publics, des hommes d’affaires nationaux et étrangers, des responsables des banques commerciales ainsi que de la Banque centrale du Congo. «L’objectif de cette opération est de soutenir le Président de la République dans sa lutte contre l’impunité pour restaurer l’autorité de l’Etat et moraliser la vie publique dans notre pays», a expliqué le conseiller spécial anti-fraude dans cette missive. Et de signifier: «en ce moment où notre pays traverse une crise financière caractérisée par un manque criant de devises étrangères, je fais appel à votre sens élevé de patriotisme et de justice pour aider le Chef de l’Etat à combattre la fraude fiscale et douanière, la fuite des capitaux et le non rapatriement des devises, la spoliation des immeubles de l’Etat ainsi que le détournement des deniers publics».

Avec cette énième action contre les «Kuluna» en cravate, l’ancien ministre de Justice s’affiche infatigable dans sa traque. Au front depuis sa nomination, il ne fait pas dans la dentelle pour stopper le saignement des caisses du Trésor public. En juin 2015, il a procédé au dépôt des dossiers de certains dignitaires du régime auprès du PGR. Ces dossiers sont restés lettres mortes dans les tiroirs de Flory Kabange Numbi. Imperturbable, Luzolo, quelques mois plus tard, fait part de la volatilisation d’USD 10 à 15 milliards chaque année au détriment de la République. Aussitôt révélées, ces données ont vivement été contestées par certaines langues et le révélateur a été taxé de farfelu.

De nouveau, Luzolo, inébranlable, a refait surface en dévoilant l’opacité qui caractérisait la passation des marchés où le gré-à-gré domine. Face au silence radio constaté de la part du PGR, il a résolu de s’adresser au Chef de l’Etat au travers d’une correspondance dans laquelle il dénonçait la passivité du parquet général. A la suite de cette missive, le conseiller spécial anti-fraude a pu mettre la main sur un homme d’affaire libanais, Saeb, DG du Groupe Mino Congo. Arrêté pour fraude fiscale, Saeb a été relâché par le parquet dans les conditions aussi spectaculaires qu’obscures.

Loin d’abdiquer, le Conseiller spécial anti-corruption continue son travail, déterminé à accompagner la vision du Président de la République de renflouer les caisses de l’Etat en vue de la modernisation de ce géant pays. Dans ses prochaines éditions, AfricaNews mettra à votre disposition la liste des personnes visées par cette nouvelle opération de l’ancien ministre de la Justice.

Laurent OMBA