La une Politique

Mende: «Ce calendrier constitue en lui-même un cinglant démenti aux oiseaux de mauvais augure»

Nov 11, 2017 Rédaction Africa News

Lambert Mende Omalanga, ministre de la Communication et médias et porte-parole du gouvernement, a, au cours d’un point de presse qu’il a animé mercredi 8 novembre 2017, confirmé que la publication par la Commission électorale nationale indépendante -CENI- d’un calendrier global rationnel pour la tenue de l’ensemble des scrutins à bonne date dont il est question aujourd’hui est l’expression de la forte détermination du Président de la République Joseph Kabila Kabange. Contre vents et marées, a-t-il poursuivi, le Chef de l’Etat RD-congolais a su rester légaliste jusqu’au bout. Lambert Mende a également souligné que ce nouveau calendrier électoral constitue en lui-même un cinglant démenti aux oiseaux de mauvais augure qui prédisaient un recul de la RD-Congo sur la voie de la démocratisation de ses institutions publiques qu’il aurait délibérément planifié. «Force est de se rendre à l’évidence qu’il n’en est rien», a-t-il avancé.

Et de signaler: «le gouvernement exhorte toutes les parties prenantes au processus électoral à plus de responsabilité en ce moment précis où notre pays se trouve à la croisée des chemins. Nous avons bien compris qu’après avoir pris les avis des uns et des autres dans le pays et écouté ses partenaires extérieures, la Commission a décidé de s’inscrire dans un schéma optimiste qui se traduit par un assouplissement du chemin critique qui appelle une loyale collaboration de toutes les parties impliquées dans ledit processus». Le ministre de la Communication et médias a souligné que la mise en œuvre intégrale de ce calendrier va dans le sens des intérêts légitimes du peuple RD-congolais qui a su démontrer sa maturité politique tout au long de ces dernières années au cours desquelles il a eu à triompher de défis autrement plus éprouvants et douloureux.

«Une maturité qui contraste malheureusement avec l’aveuglement réel ou de composition de quelques acteurs politiques dont le projet de société peut se résumer en une constellation d’ambitions égocentriques démesurées qui les pousse à des provocations déstabilisatrices à tout bout de champ en lançant des querelles byzantines sur tout et sur rien, même sur des problèmes pour lesquels des solutions existent», a-t-il déploré. Ci-dessous, la communication du ministre de la Communication et médias, Lambert Mende Omalanga.

Christian  BUTSILA