La une Nation

Primaturegate: Evariste Lobo regrette Matata

Mar 12, 2018 Rédaction Africa News

On dit souvent que «comparaison n’est pas raison». Cependant, comme tous les RD-Congolais, l’analyste politique Evariste Lobo s’indigne du spectacle à laquelle se sont livrés des membres du cabinet du Premier ministre Bruno Tshibala, qui -plus est- sont ses proches parents. Evariste Lobo se permet donc de mettre sur la balance l’image et la gestion de la primature sous l’ancien Premier ministre Matata Ponyo et celles de la primature d’aujourd’hui. Verdict: Tshibala ne veut Matata. Pour Lobo, «Dr Augustin Matata Ponyo reste celui qui a géré la Primature: il était objectif, innovatif, créatif, rigoureux et droit dans les attributions qui étaient siennes». Ci-dessous, la réflexion d’Evariste Lobo.

L’altercation qui a eu lieu tout récemment à la Primature entre les Membres de cabinet du Premier ministre Bruno Tshibala -il s’agit de son gendre et de la fille de son directeur de Cabinet- a choqué l’Opinion nationale et désacralisé les bureaux de travail du héros national Patrice Emery Lumumba. Ce que toute la République a condamné avec fermeté.

Il y a donc lieu de se poser quelques questions: quel exemple donné au peuple RD-congolais? Et quelle leçon tirée lorsque des agents censés contribuer à la gestion de la chose publique transformer la Primature en ring de boxe, encore qu’à en croire Michel Somue, ces agents ont été recrutés sur base de népotisme, tribalisme, favoritisme, fanatisme, etc.?

Il est regrettable et honteux que de telles pratiques se déroulent au sein du siège d’une grande Institution de la République, miroir du pays.

Ce spectacle déplorable, ce genre d’actes ont prouvé à la vue du monde la megestion, l’inaptitude, l’incapacité et l’incompétence des autorités ayant la responsabilité de la gestion de la primature et donc de la politique du pays.

C’est absolument inacceptable, impardonnable et intolérable. Après de tels actes, et les aveux du Dircab et du fils du Premier ministre, le Parlement et la justice du pays devront faire leur travail afin de ne pas cautionner le culte de la médiocrité. Sinon, quel héritage légué aux générations futures? Doit-on aliéner les acquis laissés par les prédécesseurs de Bruno Tshibala? Le temps est à l’évaluation.

De ce qui précède et en faisant une analyse évaluative sur la Gestion de la Primature depuis une décennie, il est honnête que l’opinion nationale souligne que le seul PM ayant marqué un passage indélébile depuis 2006 à travers ses droites réalisations, rigoureuses et avec des innovations louables, demeure le Dr Augustin Matata Ponyo. Selon l’opinion congolaise, le Dr Augustin Matata Ponyo reste celui qui avait bien géré la Primature: il était objectif, innovatif, créatif, rigoureux et droit dans les attributions qui étaient siennes.

L’opinion nationale évalue encore en affirmant qu’elle n’avait jamais entendu parler de l’impayement des agents, de la dispute ou bagarre, de l’engouement du personnel dans son cabinet pendant qu’il occupait la Primature. Népotisme, clientélisme, tribalisme, fanatisme, favoritisme,… n’avaient jamais été épinglés durant le règne du Dr Matata Ponyo, se souvient cette opinion. Il mérite à ce stade un encouragement inlassable et une reconnaissance renouvelée de la part de la population RD-congolaise, car il était irréprochable et incontestable.

L’opinion nationale qui est bénéficiaire des réalisations de Dr Augustin Matata préfère qu’il soit considéré comme consultant et parrain en matières de bonne gestion de la chose publique, du fait qu’il est resté jusqu’à ce jour égal à lui-même par ses aptitudes, capacités et compétences, malgré une succession à sa suite. Ainsi, à défaut de revenir à la tête de la Primature et des autres institutions républicaines, il mérite l’élévation à la tête du pays si la chance et la confiance de la population RD-congolaise continuent à lui être accordées. L’opinion RD-congolaise se souvient et réitère son soutien au Dr Matata Ponyo, ex-Premier ministre de la RD-Congo, elle veut à tout prix vivre encore sa marquation à la gestion.

Évariste Lobo
Analyste politique