La une Politique

Selon Mende, le dauphin sera connu d’ici le 25 juillet 2018

Fév 02, 2018 Rédaction Africa News

Le train des élections est irréversiblement en marche. Après la clôture des opérations d’enrôlement intervenue mercredi 31 janvier 2018, la Majorité présidentielle -MP- n’a toujours pas révélé le nom de son joker au scrutin présidentiel du 23 décembre prochain, Joseph Kabila étant hors course après avoir épuisé ses deux mandats constitutionnels à la tête du pays. Dans une interview accordée à la VOA Afrique, Lambert Mende Omalanga a précisé que «lorsque la CENI ouvrira le dépôt des candidatures, nous ferons connaître notre candidat». En se référant au calendrier électoral, l’on peut aisément dire que le candidat MP sera connu d’ici le 25 juillet 2018, date retenue par la CENI pour l’inscription des candidatures présidentielles.

De Washington où il séjourne, le ministre RD-congolais de Communication et médias et porte-parole du gouvernement, Lambert Mende Omalanga, a, à la faveur d’une interview accordée à la VOA Afrique, affirmé qu’au 23 décembre 2018, trois scrutins seront organisés en une séquence. Il s’agit de l’élection présidentielle, des législatives nationales et provinciales.

Désignation du dauphin de Kabila en temps opportun

S’agissant de l’épineuse question du choix du dauphin du Président Joseph Kabila, Lambert Mende a indiqué sur les antennes de la Voix de l’Amérique: «Cela regarde le Président et notre famille politique. Joseph Kabila a sans doute une petite idée là-dessus. Nous sommes en train de nous concerter. Lorsque la CENI ouvrira le dépôt des candidatures, nous ferons connaître notre candidat mais le moment n’est pas venu».

Suffisant pour la VOA Afrique de tirer la conclusion selon laquelle «le Président RD-congolais désignera son successeur au sein de la Majorité présidentielle d’ici le mois de juillet prochain». Cette conclusion a alimenté la presse en ligne RD-congolaise au point que Lambert Mende a dû ressortir de sa tanière pour préciser les choses. «Je n’ai pas dit qu’au mois de juillet le Président Kabila va se choisir un dauphin. J’ai plutôt déclaré que conformément au calendrier électoral, au mois de juillet, nous allons connaitre les différents candidats», a souligné Mende à Actualite.cd.

Il convient de noter que lors de son intervention à la VOA Afrique, Lambert Mende  a tenu à rassurer que le Président Kabila ne va pas violer la Constitution. «Nous ne sommes pas dans une procédure de modification de la Constitution qui passe par un référendum. Nous sommes dans les préparatifs des élections. La Constitution ne prévoit pas que le Président puisse se représenter une troisième fois consécutive», a martelé le porte-parole du gouvernement.

Pas de bras de fer entre l’Eglise catholique et le pouvoir 

La situation étant ce qu’elle est, tout porte à croire que le dauphin de Kabila sera connu aux alentours du 25 juillet 2018, date retenue par la CENI pour l’ouverture des bureaux de réception et de traitement des candidatures à la présidentielle et à la députation  nationale.

Au cours de cet entretien, le ministre de Communication et médias a nié l’existence d’un bras de fer entre l’Eglise catholique et le pouvoir de Joseph Kabila. «Nous n’avons pas de crise avec l’Eglise catholique. Nous avons un problème avec quelques membres du clergé de l’Eglise catholique qui se mêlent trop de politique politicienne et qui opposent les RD-Congolais entre eux. C’est le cas actuellement à Kinshasa et c’est une mauvaise chose», a sans ambages lâché Lambert Mende.

Au sujet de son passage à Washington, le ministre de Communication et médias a fait savoir: «nous avons échangé des informations avec Donald Yamamoto, le Sous-secrétaire d’Etat américain aux affaires africaines sur la situation sécuritaire et sur la MONUSCO. Les Etats-Unis sont les premiers contributeurs au budget de la Mission onusienne en RD-Congo». Et de poursuivre: «nous avons aussi discuté des préparatifs des élections. Je lui ai dit que nous sommes dans la dernière ligne droite. Nous avons eu quelques retards mais nous sommes sur le bon chemin pour aller aux élections et respecter le calendrier établi par la commission électorale ».

Laurent OMBA