La une

Tshibala jaloux de son UDPS

Mai 18, 2018 Rédaction Africa News

A la faveur d’un point de presse tenu mercredi 16 mai, le Secrétaire général de l’Union pour la démocratie et le progrès social -UDPS-, Raymond Kahungu Mbemba, a déclaré qu’il n’existe, en RD-Congo, qu’un seul parti politique dénommé UDPS. «Cette UDPS a comme autorité morale Monsieur Bruno Tshibala, compagnon de lutte d’Etienne Tshisekedi, de Frédéric Kibassa, de Joseph Ngalula, de Makanda et des autres. Avec eux, ils ont porté ensemble sur les font baptismaux ce grand parti qui a octroyé la démocratie au peuple congolais», a évoqué le SG Kahungu. Puis: «Dès lors que le ministère compétent vient de réhabiliter l’UDPS du 15 février 1982, il est logique que les autres UDPS/X ou Y n’ont plus raison d’exister».

 

Depuis le 30 avril, le Journal officiel a publié la liste des partis et regroupements politiques autorisés à prendre part à la bataille électorale du 23 décembre 2018. Sur cette liste, dont l’existence a secrètement été gardée avant d’être finalement déballée par le VPM Mova Sakanyi vendredi 11 mai sur twitter, il se fait remarquer la présence des quatre Union pour la démocratie et le progrès social -UDPS-: UDPS -avec Tshibala comme autorité morale-, UDPS/Tshisekedi, UDPS/Mubake et UDPS/Kibasa. Deux d’entre ces UDPS ont la même date de création, même adresse et un même numéro d’enregistrement. Il s’agit de l’aile Tshisekedi et Tshibala.

Ça a fâché dans le camp du Premier ministre au point de susciter un point de presse tenu mercredi 16 mai 2018 à Kinshasa par le secrétaire général de l’UDPS/Tshibala, Raymond Kahungu Mbemba. Jaloux de leur label, le Premier ministre Tshibala et ses poulains se sentent insatisfaits de cette situation et, par le canal de leur SG, ont martelé sur le fait qu’il n’existe, en RD-Congo, qu’un seul parti politique dénommé Union pour la démocratie et le progrès social, créée le 15 février 1982, et qui n’avait pas d’épithète à sa création. «Cette UDPS a comme autorité morale Monsieur Bruno Tshibala, compagnon de lutte d’Etienne Tshisekedi, de Frédéric Kibassa, de Joseph Ngalula, de Makanda et des autres. Avec eux, ils ont porté ensemble sur les font baptismaux ce grand parti qui a octroyé la démocratie au peuple congolais», a évoqué le SG Kahungu, signalant que les épithètes collées à l’UDPS ont vu le jour en 2000 pour ce qui est de l’aile Kibasa et en 2002 après le dialogue intercongolais pour l’aile de Tshisekedi.

 

UDPS originelle réhabilitée

Le fait qu’une seule UDPS sans épithète ait été alignée, représente, pour Raymond Kahungu, la réhabilitation de ce parti par le ministère de l’Intérieur. «Dès lors que le ministère compétent vient de réhabiliter l’UDPS du 15 février 1982, il est logique que les autres UDPS/ X ou Y n’ont plus raison d’exister», a-t-il tranché, non sans insister sur l’unicité et l’indivisibilité de l’UDPS. «Comme l’UDPS est une et indivisible, tous ceux qui ont lutté aux côtés d’Etienne Tshisekedi et qui croient encore à l’unité du parti, sont invités à rejoindre Monsieur Bruno Tshibala qui dispose de toute la légalité afin de poursuivre le combat pour le triomphe de la démocratie et l’avènement de l’Etat de droit en RDC». A l’en croire, la légitimité de Bruno Tshibala comme autorité morale de l’UDPS tient au fait qu’elle tire son origine sur le parcours de l’actuel locataire de la primature. «Si Bruno Tshibala n’était pas muluba ni jeune, il serait membre fondateur de l’UDPS. Avec les autres jeunes du parti, Tshibala a été au front pendant que les pères fondateurs vivaient en relégation ou dans des résidences surveillées entre les années 90 et 80», a rappelé le SG de l’UDPS, soulignant que lors de cette période le parti a survécu grâce à la ténacité des jeunes comme Bruno Tshibala. Le SG Kahungu est déterminé et a rassuré que l’UDPS va activement prendre part aux élections qui se profilent à l’horizon. Il est d’avis que seuls les cours et tribunaux sont compétents pour régler les conflits au sein ou entre les partis, conformément à la loi qui ne peut être violée ni remplacée par les autres institutions de la République, allusion faite au CNSA qui a suggéré au camp Tshibala d’abandonner la dénomination UDPS et de se créer un autre parti. «L’UDPS pense que les institutions ne doivent pas servir de tremplin à certains hommes politiques pour des intérêts personnels afin de régler des comptes à leurs adversaires réels ou supposés», a dénoncé Kahungu. Et d’enchainer: «Elles doivent plutôt se mettre au service de la démocratie et du pluralisme politique en évitant la politique des règlements de compte et des coups tordus».

Raymond Kahungu a, en plus, fait savoir que l’UDPS entend œuvrer pour ramener tous les enfants qui se trouvent inutilement embarqués aujourd’hui dans les épithètes surannées et désuètes. «Nous avons l’ambition de refaire la force d’antan de ce grand parti qui se propose de jouer un rôle déterminant dans l’édification d’un Congo fort et prospère dans le concert des nations africaines. Car, la RD-Congo est appelée à devenir un pays émergent à l’horizon 2030», a-t-il poursuivi.

Laurent OMBA